Nos églises et chapelles

  LOUVIGNY 


Église Saints-Côme-et-Damien 1751, détruite à 90% en 1944,
par des bombardements.
Cette église a été remplacée  par une église plus moderne.

ALÉMONT


Eglise Saint-Hubert d'Alémont (XVIe s.)

Construit en 1518, cet édifice en croix latine fut remanié en 1846. Nef à plafond bas, chœur et transept voûtés de style gothique.


CHÉRISEY


Saint Barthélemy (Chérisey)


L'église actuelle de Chérisey a été reconstruite durant les années 1865 et 1866 par Charles-Auguste, marquis de Chérisey, en partie sur l'ancienne église et en partie sur l'ancien cimetière et fut consacrée le 24 juillet 1866 par Monseigneur Dupont des Loges.
Elle est très connue pour ses statues, notamment la PIETA, statue calcaire datant du XVème siècle, début du XVIème siècle, qui aurait été retrouvée sous terre aux abords du château lors de l'édification de l'église actuelle.


    source :  Délégation Lorraine de la Fondation du Patrimoine

GOIN

Saint Martin (Goin)

SAINT MARTIN


Évêque de Tours et apôtre des Gaules

Patron des paroisses de Sillegny de Marieulles et de Goin

Martin est né en 317 à Sabarie, colonie romaine de Hongrie. Son père, qui est un tribun de l'armée romaine et a le commandement d'une légion, est nommé à Pavie (Italie). Depuis quelques années l'empereur Constantin a établi la liberté du culte religieux par l'Edit de Milan, signé en 313. Dès son enfance Martin désire recevoir le baptême, mais le contexte militaire et païen de sa famille ne le lui permet pas.
Contraint à s'engager dans l'armée romaine dans laquelle il restera vingt ans, il continue néanmoins à nourrir son désir de conversion au christianisme.
Il entre dans le corps d'élite de la Garde Impériale à cheval et est nommé officier à Amiens. Soldat de l'empereur, mais déjà apôtre non-violent du Christ, il sait faire de sa vie militaire un itinéraire exemplaire où il pratique une charité active et un esprit de pauvreté, qui sont depuis toujours symbolisés par le partage de son manteau avec un mendiant lors d'une patrouille de contrôle. Il est au service d'une vocation qui va le conduire au baptême.
En 356 on le libère de ses obligations militaires et il rejoint Hilaire, évêque de Poitiers, mais bientôt il se trouve mêlé aux querelles liées à l'arianisme qui divisent les chrétiens, les Ariens niant la divinité du Christ. Hilaire est destitué, et Martin rejoint sa famille en Illyrie (Croatie). Condamné et chassé, il se réfugie dans une île de la Méditerranée où il vit en ermite pendant trois ans. En 360 les Ariens perdent leur influence et Hilaire retrouve l'évêché de Poitiers. Martin le rejoint alors et fonde Ligugé, le premier monastère de la Gaule. Sa renommée est telle qu'il est nommé, contre son gré, évêque de Tours par la population. Il accepte, mais il continue de mener une vie austère au second monastère qu'il a fondé à Marmoutier, près de
Tours. De là, il rayonne avec ses disciples dans les campagnes, provoque la conversion des communautés paysannes et fait fermer les temples païens. Il meurt à Candes en 397 dans l'exercice de sa mission.
Père du monachisme occidental, évangélisateur des campagnes, fondateur des paroisses, "l'apôtre des Gaules" eut sur la chrétienté naissante une influence décisive.
Le récit de sa vie par l'historien Sulpice Sévère lui attribue d'innombrables miracles, en particulier des guérisons.
Dans des circonstances exceptionnelles par leur nouveauté, Martin fut un innovateur qui a vécu de façon très radicale la pauvreté évangélique et l'abandon à la Providence.
Fêté le 11 novembre, Saint Martin est le patron des moines d'Occident et des paroisses.

Actuellement, plus de 4000 églises lui sont dédiées, et 400 communes portent son nom.




ORNY


Saint Denis (Orny) 

PAGNY lès GOIN

Saint Clément (Pagny-lès-Goin)

L'église Saint-Clément, datée du XIXème siècle, s'organise autour d'un chœur à oculus, dont les fondations remontent au XVème siècle. Elle abrite des fresques de A. Kraemer, représentant les 4 Evangélistes.

Ces fresques, du début du XXème siècle, ont été restaurées à la fin du XXème siècle par L. King. La flèche du clocher et les vitraux furent détruits en 1944 et reconstruits dans les années 1950. Grâce à la générosité des habitants et à une dotation de la fondation du patrimoine, les abat-sons qui menaçaient de tomber ont pu être restaurés.

PONTOY


Saint Genest (Pontoy) 

POURNOY la GRASSE

Eglise Sainte Barbe (XVIIe s.)
Construit en 1756,église du type « grange » de part son plafond rectiligne, elle fut consacrée par l'Evêque de Metz Monseigneur Bentzer en 1905 suite à sa restauration.
Autel du XIXe s.)

RESSAINCOURT


Chapelle Notre Dame de Ressaincourt (XXe S.)

Chapelle néo-gothique reconstruite grâce au Révérend Père Vincent, enfant du village.
Selon une légende, le buste de Saint Maclou guérissait les enfants atteints de convulsions.
Vierge à l'enfant fin XVIIe  s.

Cette chapelle détruite en 1915 fut reconstruite par Mr Eisenmann Entrepreneur, grâce aux libéralités du R.P.J.F VINCENT S.M. enfant de Ressaincourt, curé à Westerly, (Etats-Unis) d'Emma et Eléonore Moore et de R.A. Stapleton, ses paroissiens et dudit entrepreneur. La première pierre fut posée le 23.10.1920, la chapelle bénite le 25.3.1930.
Le curé A. Veinand

SAINT JURE

Eglise Saint Georges (XIIIe s.)
Renferme des peintures lacunaires du XVe s., mises à jour en 1993 et une armoirie eucharistique de la fin du XVe s. avec oculus taillé dans une seule

VERNY

Eglises Saint Michel ( XIXe s.)
Edifice néo -roman comprenant une tour clocher, une nef à un vaisseau charpenté de quatre travées et un chevet à cinq pans.

VIGNY

Saint Germain (Vigny)
L'église St Germain actuelle, a été construite sur l'emplacement d'une ancienne chapelle, sous Napoléon III. A la fin de la guerre de 14/18, l'église n'avait plus de cloches. Elles n'étaient pas parties à Rome mais elles avaient été fondues par les Allemands pour en faire des canons. En 1944, l'église a été très touchée par les bombardements. En décembre 1952, notre clocher qui se faisait une beauté est tombé. Ce vent puissant, le fit rencontrer la maison d'en face( maison qui n'existe plus.) Depuis le clocher, s'est relevé avec une charpente métallique. Il a connu d'autre tempête comme 1999. Heureusement, nous n' avons pu déplorer que des ardoises cassées.